STARS

Diapo_001_site

C’est une constellation qui s’impose naturellement dans une bergerie. En projetant au sol, sur une prairie, un fragment de la voûte céleste, on obtient un champ stellaire. Après avoir piqueté les étoiles sur l’herbe, on les remplace par des moutons, soit, en fonction des magnitudes, 110 agneaux, 58 brebis et 4 béliers. Ainsi, les béliers Hamel, Sheratan et Mesarthim, peuvent être, au moment où ils sont vus du ciel, à 78, 50, 148 et 172 années-lumière de la Terre.

Cette constellation a été réalisée par les élèves de BTS du lycée agricole de Rambouillet.

“Le 11 mai 1990, dans une prairie appartenant à la Bergerie nationale de Rambouillet l’artiste Joël Paubel réalisait le plus troublant et sans doute aussi le plus vaste trompe-l’œil de l’histoire de l’art. Il s’agissait de dessiner au sol, sur un hectare, et à l’aide de cent soixante-douze moutons, les cent-soixante douze principales étoiles de la constellation du Bélier telles qu’elles apparaissent à l’œil nu dans un ciel d’été parfaitement clair. Pour tenir compte de la magnitude de chaque astre, les moutons devaient être de tailles différentes. C’est donc avec le plus grand soin que furent sélectionnés dans le troupeau de la bergerie quatre béliers, cinquante huit brebis et cent dix agneaux mérinos. Le plus difficile restait à faire : définir dans la prairie, et pour chaque animal, la position exacte qu’il devrait occuper. Comme l’explique Joël Paubel, “les coordonnées des étoiles, données en heures-minutes-secondes et degrés-minutes-secondes sur la voûte céleste furent converties en mètres”. Des pieux numérotés, correspondant à la position de chaque astre, furent alors plantés dans le sol. Quand aux animaux, ils se virent imprimer sur le dos le numéro du pieu correspondant à la position de l’étoile et à sa magnitude. Il ne restait plus qu’à attacher chaque mouton à son pieu et à réaliser, de nuit, une photo aérienne de la prairie. Et c’est ainsi que sauf étude attentive à la loupe, rien ne permet de distinguer réellement une photo de la constellation du Bélier de celle de sa représentation dans la prairie de Rambouillet. Lorsqu’on regarde, sur cette dernière, les trois plus gros animaux, au milieu d’agneaux infiniment plus petits, mais dont le dos blanc se détache parfaitement sur l’herbe sombre de la prairie enténébrée, c’est exactement comme si l’on regardait dans le ciel les étoiles Hamel, Sheratan et Mesarthim situées respectivement à soixante-dix-huit, cinquante et cent-quarante-huit années-lumière”. 

Marcel Cohen – “FAITS, lecture courante à l’usage des grands débutants”- nrf Gallimard.

 

Projets liés

Laisser un commentaire