ROUGE

rouge

L’affiche rouge du peintre Ronan Barrot donne le ton de la 71ème édition du Festival d’Avignon. Certains y voient un rouge écarlate, d’autres du rouge sang. Suite à discussion avec Olivier Py, le rouge fut qualifié de rapide…

Il est dit que Ronan Barrot crée ses tableaux « à la toile », comme d’autres écrivent des spectacles « au plateau ». Ronan Barrot est un artiste théâtral, un dramaturge. Il ne représente pas des sujets mais des scènes d’amour, de viol, de violence, d’attente… Il n’y a rien puis le rideau se lève…

Tout est indiqué pour évoquer le rouge théâtral du rideau de scène, l’ancienne parure du théâtre à l’italienne, des théâtres de Vicenze, Parme, Venise…

Dans son article « Le rideau rouge : frissonner avant qu’il ne bouge », Steven Petitpas nous parle de « ces grands pans de velours, tape-à-l’oeil et magiques, dont les reflets pourpres glissent depuis la scène pour envahir la salle ».
Tributaire de l’art de la perspective, le rideau rouge contribue à mettre en valeur le lieu de la représentation.

Michel Pastoureau traite de « La théâtralité du rouge » : « À l’époque moderne, cette mise en scène du rouge ne disparaît pas des églises ni des palais mais elle s’étend à d’autres lieux et circonstances, les uns tout aussi solennels, comme les palais de justice, les autres plus profanes et plus ludiques. Le rouge devient en effet la couleur dominante des lieux de plaisir et de divertissement. Non pas tant celle des maisons de prostitution, dont une lanterne rouge signale parfois la présence, que celle des salles où se donne un spectacle, s’écoute de la musique, se joue une pièce de théâtre ou un opéra… »

Le rouge c’est la couleur par excellence. Coloratus en latin ou colorado en espagnol, signifient à la fois rouge et coloré. C’est la couleur la plus riche du point de vue matériel, social, artistique, onirique et symbolique. À partir de la Révolution française, le rouge prend une dimension idéologique et politique, c’est la couleur des forces progressistes ou subversives…

C’est pour Jean Cocteau une couleur explosive «  Le rouge, le vrai rouge, reste l ‘apanage de la légion d’honneur et du théâtre. C’est là qu’il étale sa tache de crime, c’est là que flambe sa violence de bombe et de géranium. »

Olivier Py souhaite un festival autant enragé qu’engagé. Le rouge vient à propos. Ce peut être la couleur de l’Afrique. Pour les Sud-Africains, c’est la couleur du deuil. Aux antipodes,  pour les aborigènes d’Australie, c’est la couleur de la terre. Souvenons-nous de cette magnifique étendue de terre ocre rouge réalisée par Richard Long dans la chapelle Saint-Charles pour la 65eme édition du Festival…

Le champ chromatique des rouges regroupe des nuances variant du vermillon tirant vers l’orangé au carmin tirant vers le pourpre. Lorsque la couleur de même longueur d’onde dominante est désaturée et claire, c’est-à-dire mêlée de blanc, on parle de rose. Lorsqu’elle est désaturée et sombre, elle se perçoit comme marron, à moins qu’elle ne tende vers le pourpre, et qu’on parle de couleur bordeaux. Sans oublier le cinabre, l’écarlate, la garance, le cramoisi, le violet. Les roses, marrons et violacés peuvent être plus ou moins rouges selon les degrés de (dé)saturation.

Vous pouvez créer un dégradé de couleur, du rouge à l’orangé, en plaçant, de gauche à droite, une affiche soviétique de 1950, une affiche française de mai 1968, une affiche ukrainienne de décembre 2004. Vous pourrez en tirer des conclusions politiques tel Jean-François Lyotard, dans Dérive de Marx à Freud.

Être vêtu de rouge transmettrait une impression d’agressivité et d’autorité et pourrait constituer un avantage dans le sport, selon une étude publiée dans la revue Biology Letters de la Royal Society britannique.

Adam Pazda et Andrew Elliot, psychologues américains, et Tobias Greitemeyer, psychologue autrichien, ont étudié le comportement des hommes et des femmes selon la couleur de leurs vêtements. Constat a été fait, sur une population occidentale, d’une plus grande attirance sexuelle si l’on s’habille en rouge.
Michel pastoureau nous rappelle qu’en Europe occidentale, du Moyen Âge à la fin du dix-neuvième siècle, les prostituées portaient des sous-vêtements rouges.
Il nous rappelle aussi que l’idée du rouge excitant est occidentale et non universelle. Pour un Japonais, le rouge est une couleur apaisante. On a aussi constaté que l’œil japonais distingue mieux que nous différentes nuances dans les gammes des rouges, et que la langue japonaise a, pour cette couleur, une richesse et une subtilité de vocabulaire que les langues européennes ont du mal à traduire.

C’est dans les nuances des rouges qu’on trouvera le calme, feu, le sang, le pouvoir, l’orgueil, l’ambition, la gloire, l’insolence, la fureur, la révolution, la fascination, le crime, l’amour, le sexe, la religion, l’enfer, la naissance, le deuil.
Christian Lacroix aime à décliner le rouge. « Il donne à voir l’opulence et la quintessence du rouge ». Le rouge peut être pour lui, la couleur, la danse, l’Afrique, le cirque, la peinture, l’exotisme, Arles, l’Espagne, l’opéra, le baroque, Carmen Jones, la corrida, Manolete, la joie, l’enfance, l’amour, la vie, la mort, le feu, le sang, le plaisir, l’émotion, la beauté…
En Russe, krasnoï veut dire rouge mais aussi beau, la place Rouge c’est la belle place…

Nous vous demandons de préparer une tenue vestimentaire pour vous habiller rouge des pieds à la tête.
Vous récolterez, sitôt arrivés à Avignon, des tracts du in et du off.
Des tracts à dominante violet, bleu, vert, jaune, orangé, rouge, que nous allons trier et afficher. Des tracts à dominante rouge que nous allons caviarder si nécessaire pour qu’ils soient parfaitement rouges.

Nous reviendrons sur l’affiche de Ronan Barrot. On y voit deux corps peints en noir. Le logo blanc du Festival s’affiche sur le noir des corps et le rouge du fond. Le noir et le blanc agissent sur le rouge, sur la couleur en soi, sur sa qualité.

Jackson Pollock et Georges Mathieu ont fait vibrer le noir avec du rouge, Christian Lacroix fait vibrer le rouge avec du noir, du blanc et de l’or, Gauguin avec du vert…
Le rouge et le vert sont complémentaires. Juxtaposés ils se renforcent mutuellement. Un rouge sera plus rouge s’il est accompagné d’un vert…
Vient ensuite le contraste simultané : notre œil, pour une couleur donnée, exige simultanément sa complémentaire ; à trop voir de rouge on finit par tout voir en vert…

Sachant tout cela nous nous autoriserons des accessoires et du maquillage, chacun, chacune, racontant sa propre histoire.

Nous serons prêts pour la performance. Nous déambulerons ensemble –toutes et tous de rouge vêtus- dans les rues d’Avignon pour distribuer les tracts rouges du Festival. 

http://res.cloudinary.com/dgu2by95h/image/upload/v1492604520/cq2tnnu1n2mycjuasfsy.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projets liés

Laisser un commentaire